Publié le 20 Février 2015

Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE
Merci à Laurent PEYRE

Merci à Laurent PEYRE

Lire la suite

Rédigé par sportifs haut velay

Publié dans #album photo, #Trail des Lucioles

Publié le 10 Février 2015

Pourquoi le cacher, la course à pieds est un sport de fous. Quelle force peut pousser des gens apparemment sensés à se mettre volontairement en difficultés, à aller endurer des épreuves dans des conditions extrêmes, et tout ça pour ne rien gagner, si ce n'est son nom sur une liste, ou au mieux, un panier garni ! Sans compter les organisateurs, qui sont eux-mêmes coureurs en d'autres courses et qui souffrent du même mal !

Et pourtant, le dépassement de soi est le trait d'union de tous ces fous, mais aussi le plaisir de réaliser quelque chose ensemble ! On l'a fait et bien fait.

La 7° édition du trail des Lucioles a répondu à ce plaisir commun entre coureurs et organisateurs, je dirais presque à cette communion dans un plaisir qui n'est pas descriptible. Tous l'ont dit, ils en ont bavé et tous ont envie de revenir. Le club n'avait jamais eu autant de difficultés pratiques, pour baliser, tracer, assurer la sécurité mais tout s'est bien déroulé.

MERCI aux baliseurs et bénévoles sans qui cet évènement serait impossible. Il est vrai que la formule est peu originale mais pour notre course où les conditions sont très particulières, ces remerciements viennent du fond du cœur.

MERCI et félicitations à tous les participants, toujours plus nombreux à chaque fois alors que les conditions de course sont exigeantes. Sans doute que la soupe, les pâtes et le vin chaud y sont pour quelques choses !!!

MERCI à nos partenaires, la municipalité et toutes les associations qui ont contribué au succès de cette édition.

Alors le rendez-vous est pris : Au samedi 6 février 2016!

Voir les commentaires

Rédigé par sportifs haut velay

Publié le 8 Février 2015

Avant tout, chapeau bas à Claude notre spécialiste des parcours ...et de la variante, qui malgré le décès de sa maman est resté parmi nous pour le bon déroulement de la course avec Sylvie, son épouse, et leurs enfants.

Toutes nos pensées vont vers eux.

Voir les commentaires

Rédigé par sportifs haut velay

Publié dans #album photo

Publié le 8 Février 2015

Rédigé par sportifs haut velay

Publié le 6 Février 2015

Bonne nouvelle...les routes sont bien dégagées et au goudron, le soleil devrait être de la partie.

Nous confirmons que le trail 15 km est maintenu. En ce qui concerne le 30 km, la distance est conservée mais pour des raisons de sécurité certaines portions seront d'ores et déjà modifiées.

 

Une pensée....

Nous avons appris le décès d'un de nos bénévoles, toute l'équipe des sportifs du haut velay s'associe à la douleur de sa famille et de ses proches.

Juste pour vous faire envie...les valeureux baliseurs (que nous ne remercierons jamais assez!) en pleine action.Juste pour vous faire envie...les valeureux baliseurs (que nous ne remercierons jamais assez!) en pleine action.

Juste pour vous faire envie...les valeureux baliseurs (que nous ne remercierons jamais assez!) en pleine action.

Voir les commentaires

Rédigé par sportifs haut velay